HOLD'EMEDOC

https://leclubdesclubs.org/
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Je m en doutais

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Totof



Messages : 114
Date d'inscription : 13/11/2010

MessageSujet: Je m en doutais   Jeu 22 Mar 2012 - 21:03

Ce soir je retente le 5 euro BIG chips je joue un quart d heure et AA arrive en dealer.
Blinds 50 100 ,Une relance à 300 un call je relance 700 colle par le premier relanceur fold de l autre
Flop:
996 Vilain envoie 1200 je relance 5250(pot) call immediat de Vilain
Turn
3 Vilain envoie 3400 j envoie boiiiittte Paye par Vilain
AA contre TT
River
T putin de riviere

Voila apres tellement enerve je regarde sur le net et tombe sur ca:
Dossier: Le poker en ligne est-il rigged (truqué) ou pas ?
Le poker en ligne est-il rigged ? (1ère partie)
Si beaucoup de joueurs de poker en ligne affichent une confiance totale envers les rooms de poker en ligne, beaucoup de gens sont plus sceptiques et se demandent s'il ne serait pas possible, par hasard, que les parties soient partiellement truquées d'une manière ou d'une autre...

Nous allons essayer à travers de ce dossier d'avoir une vue d'ensemble du sujet, afin de conclure sur cette question : Est-ce que oui ou non, le poker online est truqué ?

Mettons fin à quelques idées reçues :
Les gens qui se posent ces questions ne sont pas tous des "fish" qui jouent comme des pieds.
Beaucoup de joueurs qui sont en permanence "break even" (c'est à dire qu'ils ne gagnent ni ne perdent, restant en moyenne toujours au même niveau de bankroll) se posent la question.

Certains bons joueurs, même, après des séries de bad beats particulièrement surprenants et arrivant dans des contextes précis, en arrivent à se demander si le hasard en est l'unique raison...

C'est ce que nous allons tenter de savoir.

Pourquoi une salle de poker truquerait-elle le jeu ?
C'est clairement la première question à se poser pour répondre à la question de la riggitude : pourquoi ? Y a-t-il un mobile possible ?

Là dessus, pas de suspens, la réponse est oui, bien-sûr.

Par contre, un argument souvent entendu, à savoir que les rooms de poker privilégieraient les joueurs pro et plumeraient les petits joueurs, ne tient pas. Pour une salle de poker, il n'y a pas grand chose à gagner à jouer ainsi.

En revanche, imaginez la situation suivante :

Imaginons que deux joueurs (appelons les : Flush et Straight) s'inscrivent sur une room de poker en ligne comme PartyPoker ou PokerStars et mettent chacun 100$.

Imaginons que ces deux joueurs décident de jouer en heads-up, avec des sng à 10$, dont 1$ de rake.

C'est à dire que chacun met 10$ mais que chacun voit 1$ partir en commission pour la salle de poker. Au final, donc, le gagnant remporte les 9$ restant de l'adversaire et récupère ses 9$. Soit 18$ de gain.

Cet exemple est fictif, mais permet de mieux comprendre le mécanisme du gain pour les salles de poker :

Hypothèse n°1
Imaginons que Flush remporte tous les tournois, et Straight les perde tous.

Dans ce cas, au bout de 10 tournois, Straight est broke, Flush a remporté au total 80$ (montant son total à 180), et la room de poker a engrangé au total 20$ de rake.

Straight cessera probablement de jouer au poker, totalement dégoûté, et Flush risque de cashout (retirer son argent sur son compte).

Hypothèse n°2
Imaginons maintenant que Flush et Straight remportent un tournoi chacun à leur tour. A chaque fois. Imaginons que c'est d'abord Flush qui gagne, puis Straight.

Quelle sera l'évolution de leur bankroll, et du rake de la room ?

Début : Straight 100$ / Flush 100$ / Rake 0$
Match 1 : Straight 108$ / Flush 90$ / Rake 2$
Match 2 : Straight 98$ / Flush 98$ / Rake 4$
Match 3 : Straight 106$ / Flush 88$ / Rake 6$
Match 4 : Straight 96$ / Flush 96$ / Rake 8$
Match 5 : Straight 104$ / Flush 86$ / Rake 10$
...
Match 20 : Straight 80$ / Flush 80$ / Rake 40$

Rien qu'à ce stade, la room a déjà engrangé 40$ de rake : deux fois plus que dans notre première hypothèse.
Petit à petit, tout doucement, le compte de chacun de nos deux joueurs se vide, non-pas au profit d'un autre joueur, mais au profit de la room.

Et que se passe-t-il si nos deux larrons continuent à jouer ?

Réponse :
...
Match 78 : Straight 22$ / Flush 22$ / rake 56$
Match 79 : Straight 30$ / Flush 12$ / rake 58$
Match 80 : Straight 20$ / Flush 20$ / rake 60$
Match 81 : Straight 28$ / Flush 10$ / rake 62$
Match 82 : Straight 18$ / Flush 18$ / rake 64$
Match 83 : Straight 26$ / Flush 08$ / rake 66$

Voilà... au bout de 83 matchs, Flush ne peut plus jouer (il n'a plus 10$ pour faire un tournoi), Straight a perdu une bonne partie de sa bankroll, et la room a engrangé 66$ de commission. Une affaire juteuse. D'autant que Flush, se sentant pas si mauvais, pourrait bien décider de se refaire en remettant de l'argent en jeu, et que Straight risque lui aussi de vouloir continuer : il se sent assez bon pour avoir l'espoir de se refaire.

Qu'est-ce que cela démontre ?
Cela démontre que pour la room, savoir qui gagne ou perd n'est pas du tout sans conséquence. Pour gagner un maximum d'argent, la situation idéale pour une room est un niveau parfaitement égal entre tous les joueurs.

Une room aurait donc tout intérêt, sur le plan financier, à "lisser" le niveau des joueurs, afin que l'argent n'aille pas trop vite d'un joueur à un autre, mais plutôt circule beaucoup et se dilapide petit à petit en rake.

Bien entendu, ce qui marche pour 2 joueurs marche aussi pour 10, 20, ou 50 000 joueurs. Le système est exactement le même. J'ai juste choisi l'exemple le plus simple pour que vous puissiez comprendre.

Ce qu'il faut retenir c'est que chaque fois que l'argent circule, la room en prends une petite part. Elle a donc intérêt à le voir circuler le plus souvent possible pour prendre chaque fois un petit peu, jusqu'à avoir tout pris ou presque.

Cela ne prouve pas que les rooms de poker le font, mais cela prouve qu'il y a un intérêt économique à truquer le match pour "lisser" les niveaux, en limitant la casse pour les mauvais joueurs (et donc les gains pour les bons joueurs).

Truquer les matchs : méthodes et hypothèses
Maintenant que nous avons prouvé que les rooms avaient un mobile, encore faut-il savoir s'il est possible que leur rêve se réalise, sachant qu'il demeure un impératif absolu :

Le truquage doit rester le plus discret possible, ou au moins, le plus difficile à démontrer possible.

C'est évident : toutes les salles de poker online jouent sur la confiance pour attirer du monde. Si elles veulent pratiquer la riggitude, ça doit rester impossible à prouver.

Mains désavantageuses
Du coup, écartons d'emblée une hypothèse :

Il n'est pas possible que les rooms vous distribue exprès des mauvaises cartes privées.

Pourquoi ? Parce que ce serait hyper grillé ! De nombreux logiciels de poker permettent d'enregistrer les mains distribuées et de les confronter aux statistiques.

Par exemple, la probabilité de recevoir une pocket pair préflop est de 5,9%. Si avec un outil comme PokerTracker ou Elephant, de nombreux joueurs enregistrent des dizaines de milliers de mains et s'aperçoivent qu'ils n'ont que 2% de pocket pair, cela va se remarquer immédiatement, et le scandale explosera très vite.

Les rooms pourraient éventuellement jouer cela à la marge, réduisant votre probabilité à 5,8% pour pouvoir prétendre que c'est "le hasard" et rendre la chose impossible à démontrer statistiquement... mais le résultat serait franchement limité.

Si aucun scandale de ce genre n'a encore éclaté, c'est parce que les rooms n'utilisent pas une telle méthode.

La seule hypothèse dans laquelle des mains privées pourraient être rigged sans que cela ne se voit, serait d'envisager d'enchainer volontairement un upswing avec un downswing.
Basiquement, nous pourrions imaginer qu'un joueur qui s'inscrit et fait son premier cash-in soit avantagé sur ses 500 premières mains, avant d'être désavantagé juste après. Ce faisant, la room s'assure de créer une moyenne à long terme qui soit juste.
Cela aurait un intérêt dont on reparlera dans nos constatations sur les "cashin upswing", plus loin dans le dossier : il s'agit de rendre addict un joueur et de lui mettre dans la tête que le poker peut être rentable, en commençant par lui faire gagner un peu. Puis lui faire perdre ce qu'il a gagné, pour les raisons que l'on a évoquées plus haut.

Toutefois, cette idée de cashin upswing suivi d'un downswing contrebalançant, est à peu près la seule possibilité d'envisager des cartes privées truquées. Et c'est donc une hypothèse très marginale, qui n'affecte un joueur que sur son début de carrière et n'empêche pas qu'à long terme, les mains qui lui sont données forment une moyenne statistiquement correcte.
Cela reste une nécessité, sinon, le truquage sera vite démontré mathématiquement et la salle ne survivra pas longtemps à une telle constatation de la part des joueurs.

Il existe en revanche une hypothèse de truquage nettement plus compliqué à démontrer.

Tirages désavantageux
Là où il devient possible d'agir, c'est sur la quantité de bad beats imposés aux joueurs.

Prenons un exemple : Admettons que le serveur souhaite avantager Flush et désavantager Straight :

Problème, on ne peut pas vraiment truquer les cartes reçues par les uns et les autres (comme on vient de le voir)... et Straight vient de recevoir AA. Tandis que Flush a reçu 57o. Et Straight vient donc naturellement de se mettre all-in.

Idéalement, Flush, avec sa main très mauvaise, se coucherait. Mais le poker est bourré de mauvais joueurs qu'on aimerait bien voir ne pas se ruiner trop vite. Alors que faire ?

Facile : il suffit de distribuer 468 au flop. Flush touche donc une quinte et Straight, avec sa paire d'as pourtant hyper favorite, perd tout son tapis. Mission accomplie.

Là où le truquage devient malin, c'est qu'il est très compliqué de reprocher au jeu ce genre de bad beats.

Par exemple, dans l'absolu, la probabilité de gagner contre 9 adversaires avec AA préflop est de 31,38%. Et cette probabilité de gagner augmente à mesure qu'il y a moins d'adversaire (notamment parce qu'ils se couchent suite à votre relance), pour atteindre 84,93% face à un seul adversaire.

Si un joueur constate une grosse différence entre cette statistique théorique et la réalité, peut-il prouver pour autant que la room est rigged ?

Hé non !
Parce qu'il faut bien comprendre que le résultat dépend d'énormément de paramètres : façon de jouer au flop, au turn, à la river, nombre de joueurs qui se couchent, etc.

D'où un argument valable souvent utilisé par ceux qui pensent que les rooms sont honnêtes, mais qui reconnaissent que le nombre de bad beats est "anormalement élevé" : "le nombre de bad beats est anormalement élevé parce qu'il y a un nombre anormalement élevé de mauvais joueurs."

Arrivé au flop, un bon joueur qui n'a rien du tout face à vous devrait folder. S'il a 45o et que le flop donne AKJ, la logique voudrait qu'il folde. Mais la quantité de joueurs qui restent en jeu en dépit du bon sens est élevée au poker en ligne.

Du coup, vous augmentez nettement les risques que le type vous suive au turn et à la river... et qu'éventuellement tombe respectivement 2 et 3 : avec A2345, il a une quinte, et votre brelan d'As ne vaut plus rien.

La probabilité de tomber sur une quinte face à AA est très faible dans l'absolu, mais elle augmente à mesure que des joueurs jouent comme des pieds et vous suckout.

Et comme vous ne savez pas qui avait quoi, à part le vainqueur et vous-même, vous ne pouvez pas savoir si le logiciel a tenté de privilégier des tirages de l'espace ou pas.

En pratique, arrivé à la river et avec 3-4 mauvais joueurs, il devient facile de prétendre que la multiplication des bad beats n'est pas le fruit de la distribution des tirages, mais le fruit du jeu de vos adversaires.

La même chose en plus simple
Le problème est simple : avec AA, vous avez près de 85% de chance de gagner face à un seul joueur (vous avez une main statistiquement gagnante), mais 31% face à 9 autres joueurs (vous avez une main statistiquement perdante).

Comment fait-on pour être gagnant dans du poker propre ? Facile : la plupart des mauvaises mains se couchent face à votre relance. Vous vous retrouvez donc généralement avec 1-2 adversaires et donc, de bonnes chances de l'emporter.

Au poker en ligne, face à la quantité de mauvais joueurs qui ne foldent pas quand ils devraient, c'est un peu comme si vous vous retrouviez toujours face à 8-9 adversaires... donc avec une main statistiquement perdante.

Du coup, les rooms de poker peuvent jouer là-dessus si elles souhaitent truquer la partie.

- Comment ça se fait que je perde dans 50% des cas avec AA alors que c'est une carte favorite ? Demande le sceptique.
- Parce que les joueurs mauvais qui vous suivent faussent les côtes et vous placent en situation statistiquement désavantageuse. Répondra la room.

Et le problème est qu'il est impossible de démontrer que c'est faux. Cette explication est crédible. Cela ne veut pas dire qu'elle est vraie pour autant.

Il est tout à fait possible que le jeu à la table soit relativement propre mais que la room privilégie d'autres joueurs sur vous... mais vous ne pourrez jamais le démontrer de cette façon
Revenir en haut Aller en bas
johnkalagan

avatar

Messages : 86
Date d'inscription : 28/11/2010
Localisation : Médoc Océan

MessageSujet: Re: Je m en doutais   Ven 23 Mar 2012 - 12:41

Ah Ah Ah
c'est du grand nimp cet article, et surtout dans l'ensemble ça penche plutôt en faveur du "NON" c'est pas truqué ou alors j'ai pas bien compris!
c'est le jeu ma pov lucette, tu t'es fait craqué les AA par un fish et c'est pas la première ni la dernière fois que ça t'arrivera, c'est dur mais faut faire avec...
Hier moi aussi j'ai eu une de mes journées les plus désastreuses "ever", j'ai perdu 1 mois de "grind" cash en quelques heures... avec des horreurs du style de ton coup... je suis deg c'est sur, et je vais arrêter de jouer un petit moment ( heu quelques heures environ lol ! ), puis je m'y remettrais, c'est plus fort que moi c'est le vice du jeu !
Après au poker que ce soit online ou live des horreurs y en aura toujours, des trucs incompréhensibles et hallucinants mais c'est ce jeu qui veut ça, vu que tout le monde peut jouer comme il veut ou comme "il le sent" surtout! Et je peux te dire qu'en presque 2 ans de croupier à 2/3 tournois par semaine j'en ai vu des horreurs et comme je donnais les cartes je te jure que c'était pas truqué !!!
A+
JK
Revenir en haut Aller en bas
http://spc777.asrun.eu/index.php
Totof



Messages : 114
Date d'inscription : 13/11/2010

MessageSujet: Re: Je m en doutais   Lun 26 Mar 2012 - 16:18

LA SUITE:

Dossier: Le poker en ligne est-il rigged (truqué) ou pas ? (part 2)
Rigged poker : hypothèses et observations
Maintenant que l'on a une explication logique possible, même si indémontrable, sur l'origine des bad-beats, on peut se poser une question :

Puisqu'on a une bonne raison d'expliquer les bad beats, pourquoi chercher à les expliquer par la riggitude des rooms de poker en ligne ?

La raison principale qui poussent certains à envisager que les dés sont pipés au poker online, est que certains types de bad beat suivent un pattern qui ne correspond pas à une réalité statistique démontrée.

Il est des choses qui attirent l'attention, parce qu'elles n'ont pas d'explication rationnelle, ou parce qu'elles apparaissent louche au delà de la simple question des tirages. Des signes qui semblent ne pas tromper.

Cashout downswing
Ainsi, l'un des cas les plus souvent observés par les joueurs convaincus que la salle truque le jeu, est la multiplication soudaine des badbeats et l'apparition d'un downswing (période de pertes majeures) juste après un cashout.

Il n'y a pas beaucoup d'explications rationnelles qui puissent expliquer qu'un type qui vient de retirer une partie de son butin se retrouve soudainement en période de malchance calamiteuse, alors que tout allait bien encore la veille. Et il n'y a en particulier aucune explication mathématique.

Nous pouvons envisager quelques facteurs psychologique : le cashout pourrait entrainer une sorte de mini-tilt inconscient, une modification subtile, imperceptible, de la manière de jouer... mais cela reste totalement à prouver.

D'autant que certains témoignages se recoupent et témoignent du fait que le downswing arrive exclusivement sur la room pour laquelle la personne a effectué un cashout.

Ainsi, des joueurs qui jouent sur plusieurs salles de poker différentes observent un taux de succès tout à fait ordinaire sur toutes les salles, sauf celles sur laquelle ils viennent de cashout.

À tout le moins, on ne peut pas nier que cela interpelle...

D'autant que cette fois encore, on peut trouver un mobile économique : "punir" le cashout, ou encore, essayer de "piquer" l'argent restant du joueur via le rake avant qu'il ne le cashout à nouveau.

Étranges constatations (1)...
Il m'est arrivé moi-même d'observer des choses surprenantes sur certaines tables de poker...

Je me souviens avoir été témoin, par exemple, sur certains freeroll, d'un pattern qui se reproduisait assez souvent et qui défie toute loi statistique.

Pour être précis, il s'agissait des freerolls 100K Guaranteed Qualifiers de PartyPoker.fr : sur ces freerolls, et sur ces freerolls seulement (ni sur les bankroll builder, ni sur les tournois de bienvenue), j'ai observé, plusieurs soirs d'affilée, un même pattern :

À chaque fois, en milieu de tournoi, un joueur (jamais le même d'un soir à l'autre) avec un stack correct bien que pas monstrueux, commençait à se mettre all-in rigoureusement à tous les tours.

Aucun fold, aucun check, aucun call, aucun raise qui ne soit pas all-in : c'était du all-in à chaque tour...

Et à chaque fois que ce joueur était suivi, il remportait systématiquement le tour au tirage, malgré une main particulièrement faible face à des joueurs aux mains corrects.

Le type pouvait se mettre all-in avec 52s par exemple face à AJ : il touchait une quinte. Avec 82o face à AK, il touchait un brelan de 8... avec 22 face à KK : il touchait un brelan, quand ce n'était pas une flush...

J'ai vu ainsi, plusieurs soirs de suite, ce genre de joueurs se mettre all-in de manière systématique sur une cinquantaine de mains, être suivis sur sept ou huit mains, montrer un jeu très médiocre, et remporter all-in l'intégralité de ces sept ou huit mains. Pas UN échec, même avec les mains les plus mauvaises.

Quelle est la probabilité qu'un joueur se mettant all-in à chaque main n'en perde pas une seule sur cinquante mains ? Quelle est la probabilité de remporter six ou sept tirages d'affilée avec des mains médiocres face à de très bonnes mains ?

Indiscutablement, ce genre de scénario défie toute loi statistique.

Ou bien ce joueur à une chance extraordinaire, ou bien il y a quelque chose de louche.

Et quand on observe cette même chance, arriver sur plusieurs joueurs, au travers de plusieurs soirs, toujours sur les mêmes tournois, avec toujours le même pattern, toujours au même moment du tournoi... il y a de quoi s'interroger.

À noter que ces joueurs n'ont d'ailleurs jamais fini qualifiés. Typiquement, ils se mettaient à jouer ainsi quand il restait environ 150-200 joueurs sur les 800 du début, multipliaient leur stack par 10 et éliminaient facilement une bonne quinzaine de joueurs, puis finissaient éliminés autour des places 30 à 50 (seuls les 10 premiers sont qualifiés).

Une hypothèse serait qu'ils ne sont pas là pour gagner, mais que leur unique mission était de sortir des joueurs que la salle ne souhaite pas voir qualifiés...

L'hypothèse du hasard ne peut pas être écartée non-plus. Il n'empêche... il est légitime de rester circonspect face à ce genre d'observations.

Étranges constatations (2)...
Une autre observation étrange est que plusieurs personnes - moi le premier - ont constaté une période de gain (upswing) lors de leur inscription sur une salle de poker, suivi d'une période de perte de l'intégralité des gains collectés, et éventuellement plus encore si aucune mesure n'est prise pour stopper l'hemorragie.

J'ai moi-même fait plusieurs salles de poker : Cake Poker, PokerStars.com, PartyPoker.com, PartyPoker.fr... j'ai pu constater ce scénario à CHAQUE fois : ma bankroll commence par monter de manière assez facile et satisfaisante, avant de plonger aussi vite qu'elle est montée...

Ainsi sur PartyPoker.fr par exemple, je suis passé en quelques jours de 40€ à 60€, avant de redescendre tout aussi vite à 30€ avec une impressionnante série de badbeats... puis de remonter à 40€. Puis, quoique je fasse, je restais break even aux alentours de 40€ (oscillant toujours entre 35 et 45), à l'aide toutefois de quelques freerolls. Tout gain est suivi de la perte équivalente de manière quasi-immédiate...

Je parle de mon cas, mais cet exemple est très connu des joueurs de poker. C'est même un serpent de mer classique du poker en ligne : on lui attribue parfois le sobriquet de "cashin upswing".
Nombreux sont les joueurs à avoir théorisé, à partir de leur propre expérience, que le fait de déposer tendait à augmenter provisoirement les chances de réussite : c'est donc un peu l'inverse du cashout downswing.

L'avantage est qu'un joueur qui commence par gagner tombera nettement plus facilement dans l'addiction.

Là encore, il y a un avantage économique certain :

Le joueur break-even génère (proportionnellement) beaucoup de rake.
Le joueur qui commence sa carrière par un upswing tend à se surestimer et à se convaincre qu'il est un bon joueur de poker, qu'il est potentiellement gagnant, que "c'est possible" : il reste donc à jouer. Tant qu'il ne sera pas broke, il jouera. Et là rebelote : grosse génération de rake. Peut-être même que s'il finit broke, il osera re-cashin, puisqu'il est persuadé de pouvoir être gagnant (après tout il a vu sa bankroll monter de ses propres yeux).
Le joueur qui cesse de monter et reste break-even voire en légère perte n'osera pas trop cashout : il espère toujours se refaire et attends toujours de gagner "au moins un peu" pour cashout : il est difficile d'admettre qu'on a perdu des dizaines d'heures et généré des dizaines d'euros de rake pour en être exactement au même point et n'avoir gagné quasiment pas un kopek, et de se dire "j'arrête là"
Le cashin upswing crée des joueurs captifs, qui deviennent facilement addict. C'est vraiment un phénomène connu de tous les psychologues comportementalistes : il s'agit d'un conditionnement opérant que les psychologues appellent "à renforcement positif" : plus un comportement entraine un résultat agréable, plus son occurrence est renforcée. Au contraire, s'il entraine un résultat désagréable, on l'abandonne nettement plus vite. Classique. On connait tous ça. Mais ce qu'on a tendance à ignorer, c'est que si un comportement entraine d'abord des résultats positifs, il faudra beaucoup, beaucoup plus de résultats négatifs avant de commencer à l'abandonner. C'est un fait connu de tous les addictologues, et notamment les addictologues du jeu. Quasiment tous les gens dépendant aux casinos ont commencé par gagner quelques milliers d'euros sur une machine à sous, avant de tout perdre et de finir ruinés.
Cela peut marcher de la même manière pour le Poker.
Éventuellement, à un moment ou un autre, le rake - ou le tilt - finiront par avoir raison de sa bankroll et il finira dans la longue liste de ceux qui ont investi des sous dont l'intégralité aura fini dans la poche de la salle de poker.
Une fois encore, rien ne prouve que c'est ce qui se passe. C'est juste une hypothèse plausible.

La liste d'avantages potentiels pour la salle n'est que cela : une liste d'avantages potentiels.

Disons que si une room s'amusait à pratiquer ce genre de méthodes, il ne faudrait pas chercher plus loin les bénéfices qu'elle en tire.

Revenir en haut Aller en bas
FRANCKY

avatar

Messages : 253
Date d'inscription : 19/11/2010
Age : 48

MessageSujet: le poker rigged???   Mar 27 Mar 2012 - 22:48

Bon j'ai compulsé l'article et je peux dire avec ma petite expérience (un peu plus de 2 ans de pok on line - 5000 sit and go) exactement le contraire.
D'une part je n'ai jamais fait aucun dépot sur aucune rooms, j'en ai pratiqué plusieurs (PS, Everest, party, wina, Bwin, PMU, PKR, my pok, unibet et le petit dernier turbopoker).
Sur chacune de ses rooms et notamment sur les 4 premieres, j'ai monté des bankrolls honorables en depassant régulièrement les 300 euros. J'ai cash out a de nombreuses reprises. Je n'ai jamais constaté qu'a l'issue de ses retraits d'argent je connaissais une période de bad run particulière.
Bien entendu j'ai eut des périodes difficiles mais celles ci interviennent de manière complétement aléatoire......
Je crois en la variance, liée aux cycles de chance, mais quelque fois aussi parce qu'on ne joue plus son Agame pendant une certaine période sans même s'en rendre compte.
Bien sur je comprend totof qui a l'impression que le sort peut s'acharner, au point de penser que le poker est truqué sur le net, mais sincèrement je ne vois vraiment pas qu'elle serait l'intéret pour un site de s'adonner à ce type de pratiques (le risque est surdimentionné et leurs gains avec le rake sont largement suffisants).
Revenir en haut Aller en bas
Totof



Messages : 114
Date d'inscription : 13/11/2010

MessageSujet: Re: Je m en doutais   Mer 28 Mar 2012 - 9:49

Non t inquiete l'article m amuser apres mon bad beat fallait que je trouve une explication Twisted Evil Twisted Evil

Je viens de changer de facon de jouer sur le net et ca marche un petit mieux c pas le top encore mais ca va venir,plus de bluff et tres peu de vol.

Avec hier soir une petite perf sur le 5 euro BIG CHIPS(celui la je commence a l aimer)9eme sur 490 et 48 Euro de gains.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je m en doutais   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je m en doutais
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOLD'EMEDOC :: STRATEGIES AU POKER :: VOS BAD BEAT ET GOOD BEAT-
Sauter vers: